Front républicain ? Non. Front de la goujaterie !

par Lila

La Firme a encore de beaux jours devant elle, à en croire Le Point du 28 juin dernier.

La Firme a encore de beaux jours devant elle, à en croire Le Point du 28 juin dernier.

De retour à l’Assemblée, ils ont refusé de saluer la benjamine, parce qu’elle s’appelle Maréchal-Le Pen. Façon de cracher sur ceux qui l’ont élue.

 

Ils s’appellent Copé ou Fillon. Ils sont bien beaux, bien frais, bien pomponnés, bien toilettés. Très propres sur eux, avec de beaux costumes taillés sur mesure – et là je ne parle pas des costards qu’ils se taillent entre eux. Au milieu avance un peu voûtée Nathalie Kosciusko-Morizet, la dame qui se fait appeler NKM pour accentuer son côté “techno”. Eternellement perchée sur des talons aiguille, fragile et gracile sous ses longues manchettes en soie, ses vestes en satin bleu nuit et ses tresses au blond vénitien, elle se la joue évanescente. Ne pas s’y fier pourtant : sous ses airs de vierge botticellienne, NKM est méchante comme la gale. Genre aristo qui, pour se faire pardonner, voit de l’extrême droite partout et rêve de couper toutes les têtes.

Sortis d’un parti laminé (l’UMP), ces gens là sont revenus à l’Assemblée, rattrapés pour certains par le fond de culotte ou, dans le cas de la dame, par le bout de ses couettes. Il n’empêche : cela ne leur a pas servi de leçon. Je veux dire qu’ayant de la démocratie plein la bouche, ils n’en ont pas pour autant appris le respect des urnes. Encore moins de leurs collègues députés, élus comme eux par le suffrage universel.

Ainsi mardi dernier, lors de l’élection du président – c’est Claude Bartolone qui a remporté le perchoir –, ces trois là (Copé, Fillon et Kosciusko-Morizet) se sont-ils montrés d’une incroyable goujaterie en refusant de saluer, et même de regarder, Marion Maréchal-Le Pen qui, en sa qualité de benjamine, tenait le rôle d’assesseur.

Ils l’ont ignorée, traitée comme une pestiférée bouffée par la vermine, lui opposant un mépris qu’ils n’oseraient même pas afficher pour un traîne-savate leur faisant les poches.

Voilà donc à quoi ressemblent ces gens qui, à longueur de mandat, donnent des leçons de savoir vivre et de savoir gouverner, parlent d’honneur et surtout de “valeurs”, et fustigent le Front national pour son « rejet de l’autre ». Au fond, on devrait les remercier de nous avoir offert ce beau moment de vérité où l’on voit que leur front républicain n’est rien d’autre que le front de la goujaterie. Et puis quoi, c’est ça leur ligne politique ? C’est tout ce qu’ils ont à offrir comme programme pour rattraper dans leurs filets les électeurs de la jeune Marion ? Bande de minables. Heureusement, il y a parmi leurs amis et leurs ennemis politiques plus intelligents et surtout plus polis qu’eux !

LILA

Laisser un commentaire

4 commentaires

    • H. Guaino avait déjà montré son savoir vivre républicain lors de son débat avec MLP durant la campagne électorale.

  1. d’ici peu on va entendre l’éternel refrain de la répétition de l’Histoire et de la montée du fascisme!

    Hitler est arrivé au pouvoir démocratiquement.
    Pour choquer, je dirai qu’un brin de fascisme soft ne ferait pas de mal.

    Un peu d’ordre, moins de gay pride, plus d’autorité et de respect, le tout dans la bonne humeur.

  2. Guaino, Chevènement, Védrine, Juppé, même s’ils ne sont pas tous propres, ils seraient parfait de s’appuyer sur ce genre d’hommes pour avoir un vrai gouvernement.

    A noter qu’il faut leur laisser une totale liberté.

    J’ai encore du mal à comprendre pourquoi Guaino a roulé pour Sarko, mais bon ça c’est les contraintes du pouvoir.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont lus par un modérateur avant leur publication.
Votre e-mail (adresse de contact) ne sera pas visible.


*