Socialisme et barbarie

par Fouad Bahri, lien vers l'article source

AVT_Parti-socialiste_7185

L’occasion est historique et elle est trop belle pour ne pas être saisie. Les élections municipales de cette année 2014 interviennent à un moment inédit. Jamais la France n’aura été le théâtre d’autant de soubresauts politiques, institutionnels mais surtout sociaux et économiques.

La révélation en cascade des affaires d’Etat tous bords politiques confondus ont mis au grand jour, pour les plus naïfs de nos compatriotes qui l’ignoraient encore, l’ampleur de la corruption morale des élites actuellement au pouvoir depuis ces 20 dernières années, avec une accélération notable depuis la fin du mandat de Sarkozy. Il semble qu’un point de rupture ait été atteint sous le poids de tant de mensonges cumulés toutes ces années. Depuis l’accession de François Hollande au pouvoir, cette descente aux enfers de la France a exhibé plusieurs visages.

Le tournis libéral de Hollande
Un visage économique, caractérisé par une escroquerie de masse infligée à l’électorat le plus populaire du PS, qui bien qu’en baisse relative, reste présent, nous voulons parler du virage libéral de Hollande. Comprenez : alors qu’une politique de redistribution sociale devait suivre une période de rigueur, conformément aux promesses faites, les électeurs socialistes ont découvert trop tard l’arnaque qui leur avait été faite. Certains nous jouerons le couplet de l’antisarkozysme comme moteur du vote Hollande aux dernières présidentielles et du gouvernement qui en a surgi. Soit. Mais qu’en sera-t-il de ces élections municipales ? Alors que le doute n’est plus permis, les classes moyennes et les précaires vont-ils encore alimenter de leurs voix un Parti non plus seulement inutile, mais dangereux. Les projets idéologiques des ministres Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, apprentis sorciers d’une post-modernité aux abois, ont de quoi suscité la plus grande inquiétude.
La suite sur http://fouadbahri.blogspot.fr/2014/03/fouadbahri-socialismeet-barbarie.html
Auteur: Fouad Bahri
Laisser un commentaire

2 commentaires

  1. C’est d’une hygiène mentale élémentaire que d’être en cohérence avec soi-même. On ne peut donc qu’encourager votre initiative.
    Pour compléter votre projet, je dirais « contribuez à restaurer les valeurs fondamentales et universelles indispensables à toute vie collective ». En effet, comment peut-on être assez bête pour croire que l’on peut oeuvrer ensemble si tout le monde ment, si les paroles ne veulent plus rien dire, si on ne peut plus compter sur personne …
    Faire des tonnes de lois et utiliser des armées de gendarmes pour les faire appliquer, ne résout pas le problème.
    Ces valeurs universelles sont celles sur lesquelles on est obligé de compter, soit directement, soit indirectement, pour qu’une vie collective soit possible :
    - l’honnêteté bien sûr, sans quoi on ne peut rien faire avec d’autres,
    - le respect réciproque pour éviter des conflits inutiles,
    - le respect du sens des mots sinon on ne peut plus se comprendre,
    - ne pas tricher avec les réalités de la vie car elles s’imposeront de toute façon
    - respecter les engagements pris, sa fonction, sinon on ne peut compter sur rien,
    - développer une solidarité bien comprise pour assurer un juste équilibre entre les individus,

    Un tel projet devrait mobiliser beaucoup de monde et d’autres associations comme la vôtre.
    Cela intéressera aussi tous ceux qui, issus de l’immigration ou non, pratiquant une religion ou non, … s’inquiètent sérieusement de la dérive des valeurs qui s’institutionnalise à tous les niveaux.
    Bonne continuation dans vos projets.

  2. Merci mille fois à Camel Bechikh qui explique clairement la situation qu’une idéologie « inhumaine » a créé en instrumentalisant et en opposant les communautés qui défendent les valeurs fondamentales familiales.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont lus par un modérateur avant leur publication.
Votre e-mail (adresse de contact) ne sera pas visible.


*